Un projet de loi reconnaît Israël comme l’Etat-nation du peuple juif (Jonathan Benedek)


(un article de Jonathan Benedek publié le 7 mai 2017 sur World Israel News et traduit le 8 mai 2017 par  ‘Ami Artsi עמי ארצי pour Israëlia

Le comité ministériel d’Israël a soutenu un projet de loi qui définirait non seulement Israël comme l’État-nation du peuple juif, mais reconnaîtrait aussi le droit de chaque citoyen à « préserver sa culture, son héritage, sa langue et son identité. »

Le comité ministériel d’Israël pour la Législation a voté à l’unanimité dimanche l’approbation d’un projet de loi qui reconnaît officiellement l’Etat d’Israël comme l’État-nation du peuple juif.

« Ceci est un petit pas pour le projet de loi de l’Etat juif, qui établit cet Israël est et sera un Etat juif et démocratique et c’est un grand pas vers la définition de notre identité, non seulement aux yeux du monde, mais principalement pour nous, les Israéliens : être un peuple libre sur notre terre » a déclaré le parrain du projet de loi, le Membre Likoud de la Knesset Avi Dichter, citant une expression de l’hymne national d’Israël (« être un peuple libre sur notre terre »).

Le projet de loi établit le fait que « l’État d’Israël est le foyer national du peuple juif, dans lequel ce dernier réalise ses aspirations pour l’autodétermination selon ses traditions culturelles et historiques » et que « la réalisation de l’autodétermination nationale dans l’État d’Israël est propre au peuple juif. »

Si elle passe le cap de la Knesset, la loi deviendrait une des Lois de Base d’Israël, dont chacune porte le poids constitutionnel dans le système légal d’Israël à la lumière de l’absence de constitution.

Bien que le projet de loi définisse distinctement l’Etat d’Israël comme un navire pour les Juifs afin d’exercer l’autodétermination nationale, la législation reconnaît aussi que « chaque résident d’Israël, indépendamment de la religion ou l’origine nationale, a droit d’oeuvrer pour préserver sa culture, son héritage, sa langue et son identité. »

Le projet de loi dit aussi que « l’Etat peut permettre à une communauté, y compris les membres de même religion ou de même origine nationale, avoir des implantations communes séparées. »

De plus, l’arabe ne sera plus une langue officielle en Israël, mais aurait, à la place, « un statut spécial » donnant aux locuteurs de la langue « le droit d’accéder à des services de l’Etat. »« 

Note de ‘Ami Artsi, l’admin du blog Israëlia

Si je trouve absolument indispensable qu’une loi établisse clairement et définitivement qu’Israël est un Etat juif et démocratique, qu’il est l’Etat-nation du peuple juif, qu’il est la clé de l’autodétermination du peuple juif, je m’oppose, en revanche, clairement à certains aspects de cette loi :

« l’Etat peut permettre à une communauté, y compris les membres de même religion ou de même origine nationale, avoir des implantations communes séparées. »

Cela entérine de facto un droit à un regroupement exclusif pour les groupes d’une même communauté, d’une même religion ou d’une même origine nationale. Ce qui implique la non mixité et donc des zones Judenrein. Ce sont dans ces zones que se développent les organisations terroristes, et que se diffuse la haine antisémite classique comme la haine anti-israélienne. Une zone Judenrein est une bombe contre Israël (cf. la bande de Gaza, et les territoire sous contrôle total de l’A.P !)

Ça ne fait qu’accroître la violence à l’encontre des Juifs, sous toutes ses formes, y compris le terrorisme. C’est précisément l’inverse qu’il faut faire !!! Il faut que toutes les zones, villes et villages soient mixtes. C’est la seule manière de contrer la propagande antisémite.

L’autre point que je trouve inacceptable, c’est celui-ci :

« L’arabe ne sera plus une langue officielle en Israël, mais aurait, à la place, « un statut spécial » donnant aux locuteurs de la langue « le droit d’accéder à des services d’Etat. » »

L’arabe doit rester la seconde langue nationale. Je ne vois aucune raison à sa suppression comme seconde langue nationale.

Par contre, la première langue nationale, c’est et ça doit rester l’hébreu ! Je dis cela parce qu’il y a des quartiers, des villages, des villes entiers en Israël (où il n’est rien écrit en hébreu : les quartiers arabes de l’Est yéroushalmi, par exemple, où tout est écrit en arabe et en anglais seulement, en font partie), et ça, ça ne doit jamais être toléré par l’Etat d’Israël.

Donc cette loi, en l’état, j’y suis opposé car ce n’est pas une loi pour Israël mais une loi contre Israël, ce n’est pas une loi pour le peuple juif, en l’état, c’est une loi contre le peuple juif. Elle n’apporte pas plus de sécurité, elle accroît, au contraire, la menace et l’insécurité en Israël. 

J’étais déjà contre la loi présentée par Ha Bayit Ha Yehudi (parti membre de l’actuel gouvernement) contre le chant des muezzins que je trouve stupide et douteuse, je suis opposé également à cette loi-ci du Likoud si elle doit être présentée en l’état.

‘Ami Artsi עמי ארצי


 

Ministerial bill recognizes Israel as Jewish nation-state

Israel’s Ministerial Committee backed a proposed a bill that would not only define Israel as the nation-state of the Jewish people, but would also recognize the right of each citizen to “preserve his culture, heritage, language and identity.”

Israel’s Ministerial Committee for Legislation voted unanimously on Sunday to endorse a bill that would officially recognize the state of Israel as the nation-state of the Jewish people.

“This is a small step for the Jewish State bill, which establishes that Israel is and will be a Jewish and democratic state, and it’s a big step toward defining our identity, not only in the eyes of the world but primarily for ourselves, Israelis—to be a free people in our land,” said sponsor of the bill, Likud Member of Knesset Avi Dichter, quoting a phrase from Israel’s national anthem (“to be a free people in our land”).

The legislation states that “the State of Israel is the national home of the Jewish people, in which it realizes its aspirations for self-determination according to its cultural and historic traditions” and that “the realization of national self-determination in the State of Israel is unique to the Jewish people.”

If passed by the Knesset, the law would become one of Israel’s Basic Laws, each of which carry constitutional weight in Israel’s legal system in light of the absence of a constitution.

Although the bill distinctly defines the state of Israel as a vessel for the Jewish people to exercise national self-determination, the legislation also recognizes that “every resident of Israel, regardless of religion or national origin, is entitled to work to preserve his culture, heritage, language and identity.”

The bill also says that “the state may allow a community, including members of the same religion or national origin, to have separate communal settlements.”

In addition, Arabic would no longer be an official language in Israel but would instead have “special status” allowing speakers of the language the “right to accessible state services.”

By: Jonathan Benedek, World Israel News

Et vous, vous en pensez quoi ? (commentaire)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s