Vers un Etat izmeukois ? (‘Ami Artsi עמי ארצי)


C’est en 1910 que les Français sont arrivés de différentes parties du globe vers la France et ont décidé d’y établir leurs premières colonies sur les terres izmeukoises, expropriant les habitants autochtones de ce pays. Le peuple français qui n’a, bien entendu, aucun lien historique avec la France revendique sa présence historique en s’appuyant une légende affirmant qu’il y avait des Français, sur ce sol, autrefois.

Parmi les noms souvent cités, nous pouvons retrouver Napoléon Bonaparte, Jean-Baptiste Poquelin, Robespierre, Pierre et Marie Curie, Danton ou encore Charlemagne.

Comme vestiges archéologiques, les colonisateurs français citent la Tour Eiffel, l’Arc de Triomphe, la Statue de la Liberté ou encore Notre Dame de Paris.

Les Izmeukois eux affirment que ce n’est rien d’autre que de la propagande française, qu’ils sont en France depuis l’âge de pierre que les Français n’ont aucune présence historique en France, que Jean-Baptiste Poquelin était Izmeukoi, tout comme l’étaient Napoléon Bonaparte, Robespierre, Pierre Curie et Charlemagne. Ils affirment que Marie Curie et Danton n’ont, eux, jamais existé, que la Tour Eiffel était un pic servant à attacher les chevaux des Izmeukois, que l’Arc de Triomphe n’a jamais été français, la Statue de la Liberté, une sculpture populaire izmeukoise appelée en réalité « Amnoushk », ce qui veut dire « La Mattone » en izmeukois et que Notre Dame était un poulailler izmeukois et n’a jamais été une cathédrale. Quant à la ville de Paris, son véritable nom était Makshung.

Evolution de la colonisation française de la France, d’après les informations des autorités izmeukoises

Pour libérer la France de l’envahisseur français, les Izmeukois se sont alliés au régime nazi, avec lequel l’entente était cordiale et leur permettait quelques moments de détente dans leur dur combat. C’est ensemble qu’ils mirent au point une stratégie commune.

En 1940, les Nazis décident de conquérir la France et en chasser les colonisateurs français

 

En 1945, les envahisseurs français parviennent à repousser les Nazis dans leurs frontières et reprendre le contrôle sur leur propre conquête. Mais les Izmeukois poursuivent leur lutte pour la libération du pays. Ils ont créé des organisations comme l’O.L.F (Organisation de Libération de la France) et l’A.I (l’Autorité Izmeukoise).

En 2017, les colons français continuent d’occuper illégalement la France (et notamment la Cisrhénanie) malgré les multiples condamnations de l’O.N.U et l’UNESCO n’a eu de cesse de reconnaître le caractère izmeukois de la Tour Eiffel, de l’Arc de Triomphe, de la Statue de la Liberté, de Notre Dame de Paris, qu’elle a d’ailleurs décidé de les appeler avec leur noms izmeukois : Ldachtarouf, pour la Tour Eiffel, Grinichiouf, pour l’Arc de Triomphe, Amnoushk pour la Statue de la Liberté, et Ishpoung pour Notre Dame de Paris.

Les colons français sont partout et rendent méconnaissables les villes et villages izmeukois autrefois si paisibles (d’après les dires des autorités izmeukoises)

 

D’impitoyables colons français faisant leur marché dans les rues du Paris occupé

 

Des drapeaux tricolores, ornent un peu partout divers bâtiments,  et rappellent l’ominiprésence insupportable de l’occupant français

Les colons français se barricadent pour ne pas se mêler à la population locale. Ici, une habitation coloniale française dans la ville occupée de Mantes-la-Jolie. Une ambiance d’apartheid…

 

Le soir, les Izmeukois expriment leur déception face à une situation qui perdure

 

La journée suivante, des contrôles humiliants de la puissance occupante viennent s’ajouter à l’exaspération des Izmeukois

Jeune izmeukois subissant une fouille humiliante et dégradante par la police coloniale

 

Izmeukois pacifique arrêté pour avoir dénoncé la colonisation française de la France

 

 

La police française en territoire occupé de Seine Saint-Denis, colonisant un parking

Les Izmeukois n’en peuvent déjà plus. Ils sont exaspérés par la présence des Français qui envahissent leurs villes et villages… Les Izmeukois alors, une fois de plus, doivent descendent dans la rue pour exprimer leur frustration et leur désespoir…

 

Une oreille humaine les écoutera-t-elle ? Un coeur ouvert saura-t-il les comprendre ? Par sa grandeur d’âme, quelqu’un comprendra-t-il que cette protestation est le cri de douleur des Izmeukois, déçus et désespérés ?

La police coloniale veille pour éviter tous nouveau débordement

 

La chancelière allemande Angela Merkel  dit « C’en est trop, les Français doivent accepter de se retirer de toute la Cisrhénanie ! Leur présence est une violation flagrante du droit international »

L’O.N.U propose une solution inédite. Cette solution consiste en un plan de partition où vivraient côte à côte, dans la paix et la sécurité, un Etat français et un Etat izmeukois.

Les Izmeukois ont immédiatement rejeté ce plan et revendiquent « La libération de la France de Dunkerque à Perpignan ». Les condamnations internationales ne tardent pas à s’abattre sur les colons français pour dénoncer le rejet par les Izmeukois de cette résolution. Les différents pays du monde appellent les colons français à se désengager immédiatement de Paris, Lyon, et d’autres villes situées dans la partie occupée illégalement, au regard du droit international.

 

 

Les Français ont déjà accepté de se désengager de la Côte d’Azur où les Izmeukois ont déjà élu leur dirigeant, le candidat unique Mrashlng Kreupshhh. Celui-ci, du parti Shalag appelle à l’extermination de tous les colons français et, dans un immense élan de désespoir, organise des attentats en France et lance des roquettes sur le territoire français reconnu internationalement.

L’A.I, de son côté refuse catégoriquement de reconnaître la France comme un pays français car « Cela priverait les Izmeukois résidant en France de leurs droits » affirme Majnouk Snadrass (le président de l’A.I depuis 1998. Il veut un Etat sans un seul français et encourage et récompense les actions de résistance à la présence coloniale française en zone française comme en Cisrhénanie occupée.

A l’étranger, le mouvement pro-izmeukois B.C.P.H. (Boycotts, Corrections, Punitions et Humiliations) parvient à convaincre les universitaires, les scientifiques et les artistes ainsi que les instances politiques de boycotter les produits français et de n’établir aucun lien, direct ou indirect avec les Français.

L’U.E (l’Union Européenne) a décidé (sous l’impulsion de l’Allemagne et de l’Espagne) de voter une résolution rendant obligatoire l’étiquetage de tout produit fabriqué par des Français.

Le boycott n’est que la 1ère étape du programme du B.C.P.H.. S’en suivront les corrections, puis les punitions, et enfin les humiliations.

La communauté internationale demande à Briançon, la capitale française, de cesser immédiatement ses activités colonisatrices et d’accepter sans plus attendre la Solution à deux Etats afin de parvenir à une paix juste, faute de quoi, les pressions s’accentueront sur la France.

La France, pour le moment, accepte de geler ses constructions dans le Paris occupé ainsi que dans d’autres villes izmeukoises de Cisrhénanie.

Des manifestations pro-izmeukoises ont lieu un peu partout dans le monde. Des drapeaux français y sont brûlés.

Un chanteur très populaire en Angleterre, Frank Wilson, chante pour dénoncer les souffrances des Izmeukois :

« Those Ladies with their toddlers into their hands
throwing baby bottles on hard helmets, it’s a lost bet
All that mother and son ask, it is a little more love
a little more
a little more
a little more
a little bit more… »

« Ces dames avec leurs bambins sur leurs mains
qui lancent des biberons sur des casques durs, c’est un pari perdu
Tout ce que demandent la mère et le fils, c’est un peu plus d’amour
un peu plus
un peu plus
un peu plus
un tout petit peu plus… »

 

D’autres chanteurs se mobilisent contre les Français, comme le chanteur du groupe Los Palomos Rosas (Les Pigeons Roses) qui multiplie les déclarations hostiles aux Français et soutient B.C.P.H.

En Espagne, d’ailleurs, plusieurs partis politique appellent à une reconnaissance immédiate de l’Etat izmeukoi, considérant que les pourparler entre la France et les Izmeukois sont une perte de temps.

« ¡ La injusticia duró demasiado! Ya es hora de pasar de la opinión de Francia y de reconocer unilateralmente el Estado de los Izmeukos ! »

« L’injustice a trop duré ! Il est temps de se passer de l’avis de la France et de reconnaître unilatéralement l’Etat izmeukois ! »

 

… Toute ressemblance avec une situation similaire n’est que fortuite.

‘Ami Artsi עמי ארצי

2 thoughts on “Vers un Etat izmeukois ? (‘Ami Artsi עמי ארצי)

  1. Excellent. Mais il me semble que les français sont arrivés bien avant 1910.
    En outre, j’ai cru reconnaître un marché à Toulouse et la mairie de Tarbes. Corrige-moi si je me trompe, mais lors de mes incursions militaires pour participer au génocide des pôv Izmeukois, je suis passé par ces zônes désolantes.
    Par ailleurs, la situation particulière de l’Asace et de l’Orraine (l’izmeukais ne connait pas le son L) est problématique. Elles appartiennent à la Teutonie voisine qui les connait sous le nom de Transrhénanie.

    J'aime

Et vous, vous en pensez quoi ? (commentaire)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s