Rapport : La France finance des O.N.G pro-boycott et ayant des liens présumés avec des groupes terroristes ! (N.G.O. Monitor)


(Rapport publié le 15 janvier 2017 et mis à jour le 23 janvier 2017 sur le site de N.G.O Monitor, traduit le 25 avril 2017 par ‘Ami Artsi עמי ארצי pour Israëlia)

Résumé :

  • Le gouvernement français finance nombre d’organisations françaises, israélienne et palestiniennes qui soutiennent et promeuvent les campagnes B.D.S (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) contre Israël, en dépit du fait que de tels boycotts sont illégaux au regard de la loi française.
  • La Plateforme des O.N.G françaises pour la Palestine (La Plateforme) est l’un des bénéficiaires. Un des projets financés par gouvernement de la Plate-forme est explicitement axé sur l’influence des élus, des médias et de l’opinion publique quant au conflit – un abus flagrant de l’argent du contribuable. La Plateforme soutien les campagnes de boycott visant Israël et ses partenaires avec des organisations jouant un rôle dans les efforts du B.D.S. 
  • La France finance directement et indirectement plusieurs O.N.G ayant des liens présumés avec le groupe terroriste du F.P.L.P (Front Populaire de Libération de la Palestine).

Analyse détaillée :

Le financement français des organisations qui soutiennent les boycotts contre Israël est en directe violation de la loi française :

  • En 2015, la Cour de Cassation, a confirmé une décision de 2013 établissant l’illégalité des appels aux boycotts et des appels aux boycotts en France. Conformément à la loi, en 2013, B.D.S France a été condamné à une amende 28 000 € par un tribunal français local, après un appel lancé en 2010 par 14 activistes à boycotter des produits israéliens dans un supermarché. En plus de cela, chacun des 14 activistes a été condamné à verser une amende 1 000 €.

  • En dépit de ces décisions juridiques, le gouvernement français continue de financer des O.N.G qui soutiennent les campagnes de boycott !
  • Le soutien aux campagnes pour le boycott en France se manifeste de différentes façons. Entre autres exemples :

° La campagne Made In Illegality, qui est composée de:

=> La Plateforme des O.N.G Françaises pour la Palestine

=> La Fédération Internationale des Droits de l’Homme (F.I.D.H)

=> Le syndicat français C.G.T.

Le support financier de la France va au-delà de la décision en novembre 2016 du gouvernement français de soutenir l’étiquetage des produits des territoires et soutient directement le boycott de ces produits. Les objectifs de la campagne comprennent « l’interdiction de l’importation des produits des implantations », « l’exclusion les implantations des accords et coopérations bilatéraux avec Israël » et « l’exclusion des compagnies qui sont actives ou situées dans les implantations des marchés publics et des procédures de marchés publics »

° Les organisations suivantes

=> Al-Haq

=> la FIDH

=> C.C.F.D – Terre Solidaire

=> L‘Association France-Palestine Solidarité (A.F.P.S)

participent à la campagne défendant la cession des relations entre les banques françaises et israéliennes qui ont des antennes dans les territoires. Concrètement, cela impliquerait un désinvestissement de toutes les banques majeures israéliennes ( lisez les lettres de l’A.F.P.S aux banques françaises du Crédit Agricole, de La Société Générale et à la compagnie d’assurance française AXA).

° La campagne pour la suspension de l’accord d’association Union Européenne-Israël qui a été menée par:

=> La Plateforme

=> l’A.F.P.S

=>  La Ligue des Droits de l’Homme (L.D.H)

et de nombreuses autres organisations.

  • Le gouvernement français soutient les organisations françaises, israélienne et palestiniennes suivantes impliquées dans la promotion des campagnes B.D.S contre Israël :

°    Les O.N.G françaises :

L’A.F.P.S :

=> 139 550 € en 2012-2014 (via l’Agence Française pour le Développement (A.F.D),

=> 36 500 € en 2013 (par le Ministère français des Affaires étrangères)

=> 53 000 € en 2014 (par le Ministère français des Affaires étrangères)

=> 25 500 € en 2015 (par le Ministère français des Affaires étrangères)

La Cimade :

– 4,3 millions d’euros en 2015

°     Les O.N.G israéliennes :

Alternative Information Center (A.I.C) :

=> 14 950 € en 2013 de la Commission nationale consultative des droits de l’homme

=> 19 970 € en 2013 (via C.C.F.D-Terre Solidaire)

=> 14 975 € en 2015 (via C.C.F.D-Terre Solidaire)

=> 12 960 € en 2016 (via C.C.F.D-Terre Solidaire)

(C.C.F.D-Terre Solidaire est une organisation privée qui reçoit des fonds du gouvernement français et finance différentes O.N.G)

Israel Social TV :

=> 5 000 € en 2015 (via C.C.F.D-Terre Solidaire)

° Les O.N.G palestiniennes (financées par l’A.F.D) :

Palestinian Agricultural Relief Committees (PARC):

=> 329 888 $ de 2010 à 2013

Maan Developpement Center :

=> 343 578 $ de 2010 à 2013

Culture and Free Thought Association:

=> 770 032 € en 2014

Palestinian Hydrology Group:

=> 394 200 $ de 2010 à 2013

  • Le gouvernement français finance un projet avec La Plateforme afin de fournir aux élus, aux médias et au public une « information adaptée » sur le conflit :

° 40% (225 000 €) du projet 2014 de La Plateforme intitulé “Mieux agir pour le respect du droit en Palestine” a été financé par le gouvernement français (A.F.D). Le projet décrit ses groupes cibles comme les Élus, les médias et « le grand public français, en insistant sur la jeunesse comme étant des cibles particulièrement importantes. Le projet fournit à ces individus impressionnables et ciblés « l’information adaptée dont ils ont besoin ».

  • Les partenaires des O.N.G pour le projet sont :

° Ittijah

En 2010, le responsable d’Ittijah, Amir Makhoul, a été condamné à neuf ans de prison pour espionnage pour le compte du Hezbollah pendant la guerre du Liban de 2006. La Plateforme et Ittijah étaient également partenaires sur un projet financé par le gouvernement français (à hauteur de 43 560 €, via l’A.F.D) en 2009, alors que Makhoul était encore à la tête de l’organisation.

Amir Makhoul

 

° La Coalition des Femmes pour la Paix – qui a lancé la campagne « Who Profits«   en réponse à l’Appel Palestinien pour le Boycott, Désinvestissement et Sanction (B.D.S) contre Israël.                  « Who Profits »  est un outil d’activistes et une base de donnée identifiant les cibles  pour les boycotts et le désinvestissement anti-israélien.

    • Le Réseau des O.N.G palestiniennes – Essentiel dans les campagnes B.D.S, comprenant la production préparatoire de documents pour la conférence de Durban en 2001 appelant à un embargo sur Israël.
  • La Plateforme publie en complément « des dossiers d’information » sur son site web basés sur une information délivrée par d’autres O.N.G politisées israéliennes et palestiniennes.

° Ces O.N.G sont :

=> B’Tselem

=>EWASH

=> Addameer

=> Défense Internationale des Enfants – Palestine (DCI-P)

=> F.I.D.H

=> BADIL

=> Who Profits

=> Al-Haq

=> Yesh Din

De ces organisations, les recherches d’N.G.O Monitor prouvent qu’Addameer, Al-Haq et Défense Internationale des Enfants (DCI-P) ont des liens présumés avec le groupe terroriste Front Populaire de Libération de la Palestine (F.P.L.P) (voir ci-dessous)

  • Claude Léostic, Présidente de La Plateforme, qui a été interdite d’entrée en Israël, a été impliquée dans des campagnes radicales et a fait des déclarations incendiaires – incluant les suivantes figurant dans une lettre de 2009 (ndlr : adressée aux Arabes dits « Palestiniens ») :

=> « Je suis venue en Palestine [en 2002], un an après votre Intifada pour vous montrer directement mon soutien et ma solidarité dans toute votre lutte pour vos droits légitimes et votre liberté. » 

=> Elle a comparé Israël à l’Allemagne nazie : « …  » … Le peuple de France a résisté aux barbares Nazis… Mais vous avez souffert pendant plus de 40 ans, aussi incroyable que cela puisse être dans ce monde moderne, et cela s’est produit après la Nakba… »

=> Elle s’est barricadée avec Yasser Arafat à Ramallah en 2002 : « Il n’était pas acceptable de laisser le gouvernement israélien poursuivre ses crimes et ses projets pour éliminer le leadership palestinien. » 

=> Elle a participé à la flottille française en 2011 pour la Bande de Gaza et a été arrêtée.

Claude Léostic

 

  • La France finance des O.N.G ayant des liens présumés avec l’organisation terroriste du F.P.L.P:

° La France a fourni un soutien à la fois direct (à travers l’A.F.D et le Consulat français à Jérusalem) et indirect (via des O.N.G tierces ayant des liens supposés avec l’organisation terroriste du F.P.L.P). Le F.P.L.P est une organisation classée terroriste par les Etats-Unis, l’Union Européenne et Israël. Le F.P.L.P est impliqué dans des attentats-suicides à la bombe, des enlèvements et des assassinats, entre autres actions terroristes ciblant des civils.

° Les organisations ayant des liens supposés avec le F.P.L.P recevant un financement de la France sont :

¤ Alternative Information Center (A.I.C) : L’A.I.C est une O.N.G israélienne qui soutient les campagnes B.D.S contre Israël et accuse l’Etat de « nettoyage ethnique » et de « discrimination s’apparentant à l’apartheid« .

L’A.I.C a reçu 39 481 € en soutien direct et indirect du gouvernement français depuis 2013. En dépit de son hostilité déclarée à la paix et ses liens avec le  groupe terroriste F.P.L.P, l’O.N.G a reçu en 2012 le Prix des Droits de l’Homme de la République française – Liberté – Egalité – Fraternité des mains du gouvernement français pour sa « contribution à la défense des droits de l’Homme ». Le co-directeur de l’A.I.C, Michel Warchawski, qui  était un leader de l’organisation antisioniste trotskiste « Matzpen », a été emprisonné dans les années 90 pour avoir publié un pamphlet international en faveur du groupe terroriste F.P.L.P. L’autre co-directeur de l’A.I.C, Nassar Ibrahim, est également l’ancien rédacteur en chef d’El Hadaf – la publication hebdomadaire du F.P.L.P. Le membre du Conseil d’administration (2008)  de l’A.I.C  Rifat Odeh Kassis a des liens avec de multiples O.N.G liées au F.P.L.P et a été arrêté et emprisonné plusieurs fois par Israël.

Nassar Ibrahim

Rifat Odeh Kassis

¤ Le Syndicat de Comité de Travail Agricole (Union of Agricultural Work Committees) (U.A.W.C) : L’O.N.G utilise une rhétorique fortement partisane et diabolisante, accusant « les forces d’occupation israéliennes » de « poursuivre leur guerre offensive, brutale et immorale [2014] sur Gaza » et de mener en continu une « politique de punition collective en violation du droit international et du droit humanitaire ». Depuis 2012-2014, UAWC a mené un projet de 354 489 € dans « gouvernorat d’Hébron ». Les principaux financeurs de ce projet étaient :

=> 177 000 € du Ministère français de l’environnement, de l’énergie et de la mer, via le Water Agency – Rhône, Mediterranean and Corsica

=> 31 000 € du Consulat général de France à Jérusalem

=> 93 176 € du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur

L’U.A.W.C a été créé en 1968 par les membres du F.P.L.P et une filiale officielle du F.P.L.P.

USAID classe l’U.A.W.C comme le « bras agraire » du F.P.L.P

¤ Al-Haq : Al-Haq est le leader de la « guerre juridique » anti-Israël et des campagnes B.D.S. En 2015, le Ministère Français des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI) a versé à Al-Haq 27 842 € (ligne 1199) pour soutenir ses activités dans le « secteur privé et des droits de l’Homme »

Le Directeur Général d’Al-Haq, Shawan Jabarin, a des liens présumés avec l’organisation terroriste F.P.L.P et, à cause de cela, s’est vu refusé des visas de sortie par Israël et par la Jordanie.

En 2007, la Cour Suprême israélienne a rejeté le pourvoi en Cour d’appel de Jabarin pour aller à l’étranger, déclarant que « Les objections des forces de sécurité sont toutes liées à des questions de sécurité basées sur des informations classifiées, démontrant que le pétitionnaire est un activiste majeur au sein du groupe terroriste F.P.L.P… le pétitionnaire présent agit apparemment à la manière de Doctor Jekyll & Mister Hyde , agissant parfois en tant que P.D.G d’une organisation des droits de l’Homme, et à d’autres moments comme un activiste d’une organisation terroriste qui n’a pas renoncé au meurtre et à la tentative de meurtre, une organisation qui n’a rien à voir avec les droits… »

____________________________________________________

French Funding to NGOs Involved in Boycott Campaigns and with Alleged Ties to Terror Groups

 

Executive Summary:

  • The French government funds numerous French, Israeli, and Palestinian organizations that support and promote BDS (boycott, divestment, and sanctions) campaigns against Israel, despite the fact that such boycotts are illegal under French law.
  • The Platform of French NGOs for Palestine (The Platform) is one such grantee. One of the Platform’s government-funded projects is explicitly geared towards influencing elected officials, media, and public opinion regarding the conflict – an obvious abuse of taxpayer money. The Platform supports boycott campaigns targeting Israel and partners with organizations instrumental in BDS efforts.
  • France directly and indirectly funds several other NGOs with alleged ties to the PFLP terror group.

Detailed Analysis:

  • French funding to organizations that support boycotts against Israel is in direct violation of French law:
  • The French Government funds a project with The Platform that aims to provide elected officials, the media, and the public with “adapted information” on the conflict: 
    • 40% (€225,000) of The Platform’s 2014 project “Mieux agir pour le respect du droit en Palestine” (Improved Action for the Respect of Rights in Palestine) was funded by the French government (AFD). The project describes its “target groups” as elected officials, the media, and the “French general public,” emphasizing youth as being particularly important targets. The project provides these targeted and impressionable individuals with “adapted information for their needs.”
    • Partner NGOs for the project included:
    • The Platform additionally publishes “information files” on its website based on information provided by other politicized Israeli and Palestinian NGOs. These NGOs include: B’Tselem, EWASH, Addameer, Defense for the Children International – Palestine (DCI-P), FIDH, BADIL, Who Profits, Al-Haq, and Yesh Din. Of these, NGO Monitor research shows that Addameer, Al-Haq, and DCI-P have alleged ties to the PFLP terrorist group (see below).
    • Claude Léostic, President of the The Platform, was denied entry to Israel, has been involved with radical campaigns, and has made inflammatory statements – including the following mentioned in a 2009 letter:
      • “I came to Palestine [in 2002] after one year of your Intifada to show direct support and solidarityto you all in your fight for your legitimate rights and your freedom.”
      • Compared Israel to Nazi Germany: “…The people of France resisted against the Nazi barbarians…But you have been suffering for more than 40 years, as incredible as it seems in this modern world, and that came after the Nakba…”
      • Barricaded herself with Yasser Arafat in Ramallah in 2002: “It didn’t seem acceptable to let the Israeli government go on with their crimes and their plan to eliminate the Palestinian leadership.”
      • Participated in 2011 French Flotilla to Gaza and was arrested.
  • France funds NGOs with alleged ties to the PFLP terror organization: 
    • France has provided both direct government support (through AFD and the French Consulate in Jerusalem) and indirect support via third party NGOs to organizations with alleged ties to the PFLP terror organization. The PFLP is a terrorist organization designated as such by the U.S., EU, Canada, and Israel. The PFLP is involved in suicide bombings, hijackings, and assassinations, among other terrorist activities targeting civilians.
    • Organizations receiving French funding with alleged PFLP ties include:
      • Alternative Information Center (AIC): AIC is an Israeli NGO that supports BDS campaigns against Israel and accuses the State of “ethnic cleansing” and “apartheid-like discrimination.” AIC has received €39,481 in direct and indirect French governmental support since 2013. Despite its anti-peace advocacy and ties to the PFLP terror group (outlined below), in 2012, the NGO received the human rights award (Prix des Droits de l’Homme de la République française – Liberté – Egalité – Fraternité) from the French government for its “contribution to the defense of human rights.”
        • AIC’s co-director Michel Warchawski, who was a leader of the anti-Zionist Trotskyite organization “Matzpen,” was jailed in the 1990s for publishing an informational pamphlet for the PFLP terror group.
        • AIC’s other co-director, Nassar Ibrahim, is also the former editor of El Hadaf – the PFLP’s weekly publication.
        • AIC Board of Directors member (2008) Rifat Odeh Kassis has links to multiple NGOs with PFLP ties and was arrested and imprisoned several times by Israel.
      • Union of Agricultural Work Committees (UAWC): The NGO utilizes highly biased and demonizing rhetoric, accusing the “Israel occupation forces” of “continuing its brutal and immoral offensive [2014] war on Gaza” and of an ongoing “policy of collective punishment in disregard for the international law and humanitarian law.” From 2012-2014, UAWC conducted a €354,489 project in the “Hebron governorate.” The main funders of the project were: €177,000 from the French Ministry of Environment, Energy, and Sea via the Water Agency Rhône Mediterranean Corsica; €31,000 from the Consulate General of France in Jerusalem; and €93,176 from the Regional Council of Provence-Alpes- Côte d’Azur.
      • Al-Haq: Al-Haq is a leader in anti-Israel “lawfare” and BDS campaigns. In 2015, The French Ministry of Foreign Affairs and International Development provided Al-Haq with €27,842 (line 1199) to support its activities in the “private sector and human rights.”
        • Al-Haq’s General Director, Shawan Jabarin, has alleged ties to the PFLP terrorist organization and as such has been denied exit visas by Israel and Jordan.
        • In 2007, the Israeli Supreme Court rejected Jabarin’s appeal to go abroad stating that “The objections by security forces are all rooted in security concerns based on classified information, showing that the petitioner is a senior activist in the PFLP terror group….the current petitioner is apparently acting as a manner of Doctor Jekyll and Mister Hyde, acting some of the time as the CEO of a human rights organization, and at other times as an activist in a terror organization which has not shied away from murder and attempted murder, which have nothing to do with rights…”

Et vous, vous en pensez quoi ? (commentaire)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s