Il y a 49 ans précisément, le 5 avril 1968, il nous quittait : Martin Luther King Jr (‘Ami Artsi עמי ארצי)


Martin Luther King Jr est mort le 5 avril 1968… Il y a jour pour jour 49 ans. Je voulais que nous nous rappelions de lui, de son combat, et de comment était encore le monde dans les 50’s/60’s… Je voulais rendre hommage à Marin Luther King Jr, ce géant de l’Histoire et au combat des Freedom Riders, sa lutte infatigable pour ce qui est juste : contre le racisme, pour les droits civiques, contre la violence, contre l’antisémitisme, pour l’égalité des droits.

Ces photos sont des témoignages d’une époque où ces principes fondamentalement justes et légitimes n’étaient pas encore au goût du jour.

Cliquez sur les images pour obtenir leur taille réelle

 

Martin Luther King, Jr. 6 ans (Photo Credit: Christine King Farri (Special to the AJC))

 

 

Martin Luther King Jr, diplômé

 

Rosa Park dans le bus, 1er décembre 1955

 

Arrestation de Rosa Parks, décembre 1955

 

Rosa Parks arrêtée, 1955

 

Marche du boycott des bus en solidarité avec Rosa Parks, 5 décembre 1955 – Photo by Robert Abbott Sengstacke/Getty Images

 

Marche du boycott des bus en solidarité avec Rosa Parks, 5 décembre 1955

.

Manifestante pacifiste arrêtée par la police

 

La police avec ses chiens agresse un manifestant noir

 

Martin Luther King Jr arrêté, décembre 1955

 

Martin Luther King Jr arrêté, décembre 1955

 

Martin Luther King Jr arrêté, décembre 1955

 

Martin Luther King Jr arrêté, décembre 1955

 

Martin Luther King Jr arrêté, décembre 1955

 

Martin Luther King Jr arrêté, décembre 1955

 

 

 

Montgomery, Alabama – MAY 1956: Martin Luther King, Jr. se repose à la maison avec sa femme Coretta et leur premier enfant Yolanda, en mai 1956 (Photo by Michael Ochs Archives/Getty Images)

 

Le Lieutenant de police Beavers Armstrong place un panneau ségrégationniste devant l’Illinois Central Railroad, le 9 janvier 1956, après que le chemin de fer ait retiré les panneaux ségrégationnistes du hall sur l’ordre de l’Interstate Commerce Commission. Le panneau indique « Hall d’attente pour Blancs seulement » (AP Photo)

 

Martin Luther King Jr à l’hôpital après avoir été poignardé en 1958

 

Attentat à la bombe à la maison de Martin Luther King Jr, 1960

 

Après que la loi martiale ait été déclarée à Montgomery, la Garde nationale surveille de près la salle d’attente blanche à l’extérieur de la gare routière de Montgomery. Le 22 mai 1961. (AP PHOTO)

 

Le 23 mai 1961 : Les leaders des droits civils tiennent une conférence de presse à Montgomery, Alabama. et annoncent que les tournées de la Liberté se poursuivront. Au premier plan, John Lewis, un des leaders qui ont été cognés. Les autres, de gauche à droite: James Farmer, Rev Ralph Abernathy et le Révérent Martin Luther King Jr. Lewis porte un bandage sur la tête. (AP Photo)

 

 

Mardi 24 mai 1961,  à Montgomery, en Alabama. Au centre, le Révérent Martin Luther King Jr, annonçant que le projet des Freedom Riders que le voyage en  bus pour la Nouvelle-Orléans via le Mississippi, est toujours à d’actualité. A gauche se tient le Révérent Ralph Abernathy. Davantage de Freedom Riders sont annoncés en remplacement de ceux dont le voyage les a exposé à des violences physiques racistes quelques jours plus tôt. (AP Photo)

 

Freedom Riders qui ont été arrêtés lors d’une marche à la gare routière marchent vers le fourgon cellulaire après leur arrestation, le 28 mai 1961, Jackson, Mississipi. Au total, les neuf ont été envoyés à la prison de la ville. (AP Photo/Ferd Kaufman)

 

28 mai 1961, Jackson, Mississipi : 8 Noirs arrêtés pour avoir été trouvés dans le hall d’attente de la station de bus réservé aux Blancs et refusé de la quitter. (AP Photo/Ferd Kaufman)

 

This is a June 8, 1961 Jackson Police Department file booking photograph of Freedom Rider Joan Trumpauer provided by the Mississippi Department of Archives and History from their « Mississippi State Sovereignty Commission Records » Collection. (AP Photo/Mississippi Department of Archives and History, City of Jackson, File)

 

Arrested for a « breach of the peace, » newly arrived Freedom Riders are loaded into the paddy wagon at the bus station in Jackson, MS, June 29, 1961. Unlike Alabama during the first Freedom Rides, Mississippi adopted a policy of preventing attacks on the riders but arresting them. (AP Photo)

 

Freedom Riders from California are held at Harris County jail after refusing to post $500 bonds on unlawful assembly charges in Houston, Texas, on Aug. 11, 1961. The group of 7 whites and 9 blacks was arrested at the coffee shop of Houston’s Union Station train depot when they tried to get service. Those shown are awaiting transfer from the city jail to the county jail after they were booked. (AP Photo)

 

Finally, after six months of Freedom Riders being arrested and attacked despite Supreme Court rulings which struck down state segregation laws, the ICC issues an order that bus and rail station segregation signs must come down. In a final act of defiance, Police Chief George H. Guy poses beside the « White waiting room » sign posted outside the Greyhound bus terminal in McComb, Mississippi, on Nov. 2, 1961. The sign was erected on city property by McComb Police on Oct. 31, one day before the ICC ruling went into effect, which stated that segregation in bus terminals would end. (AP Photo)

 

Dr. Martin Luther King Jr. and his wife, Coretta Scott King, sit with three of their four children in their Atlanta, Ga, home, on March 17, 1963. From left are: Martin Luther King III, Dexter Scott, and Yolanda Denise.

 

 

Martin Luther King Jr, arrêté à Birmingham, 12 avril 1963

 

Martin Luther King Jr, arrêté à Birmingham, 12 avril 1963

 

Martin Luther King Jr, arrêté à Birmingham, 12 avril 1963

 

Martin Luther King Jr, arrêté à Birmingham, 12 avril 1963

 

Martin Luther King Jr, relâché à Birmingham, avril-mai 1963

 

Martin Luther King Jr, relâché à Birmingham, avril-mai 1963

 

Birmingham march, avril-mai 1963

 

Dégâts causés par l’explosion d’une bombe au Gaston Motel le 11 mai 1963, qui servait de lieu de résidence à Martin Luther King, Jr.

 

Detroit walk of freedom, 23 juin 1963

 

 

Washington march, août 1963

 

Washington march, 28 août 1963

 

Washington march, 28 août 1963

 

Washington march, 28 août 1963

 

August 28, 1963. On that historic day Dr. Martin Luther King Jr. delivered his ‘I Have a Dream’ speech at the Lincoln Memorial and 250,000 people participated in the largest peaceful demonstration for civil rights ever witnessed in America. Freed Photo Credit: All photographs © Estate of Leonard Freed Ð Magnum Photos (Brigitte Freed).

 

WASHINGTON, 28 august 1963 : US civil rights leader Martin Luther King,Jr. AFP PHOTO/FILES (Photo credit should read AFP/ Getty Images)

 

Washington march, 28 août 1963

 

Washington March – 28 août 1963 – Photo by Robert W. Kelley/Time Life Pictures/Getty Images

 

Washington DC March – August 28, 1963

 

Washington march, 28 août 1963

 

Washington march, 28 août 1963

 

Washington march, 28 août 1963

 

Washington march, 28 août 1963

 

The Washington March – 28 août 1963 – Photo by Francis Miller/Time Life Pictures/Getty Images)

 

Washington March – August 28, 1963 – Photographer- Francis Miller -Time Inc Owned

 

Washington March – August 28, 1963 – Photographer- Francis Miller – Time Inc Owned – Merlin

 

August 28, 1963. On that historic day Dr. Martin Luther King Jr. delivered his ÒI Have a DreamÓ speech at the Lincoln Memorial and 250,000 people participated in the largest peaceful demonstration for civil rights ever witnessed in America. Freed Photo Credit: All photographs © Estate of Leonard Freed Ð Magnum Photos (Brigitte Freed).

 

August 28, 1963. On that historic day Dr. Martin Luther King Jr. delivered his ÒI Have a DreamÓ speech at the Lincoln Memorial and 250,000 people participated in the largest peaceful demonstration for civil rights ever witnessed in America. Freed Photo Credit: All photographs © Estate of Leonard Freed Ð Magnum Photos (Brigitte Freed).

 

August 28, 1963. On that historic day Dr. Martin Luther King Jr. delivered his ÒI Have a DreamÓ speech at the Lincoln Memorial and 250,000 people participated in the largest peaceful demonstration for civil rights ever witnessed in America. Freed Photo Credit: All photographs © Estate of Leonard Freed Ð Magnum Photos (Brigitte Freed).

 

August 28, 1963. On that historic day Dr. Martin Luther King Jr. delivered his ÒI Have a DreamÓ speech at the Lincoln Memorial and 250,000 people participated in the largest peaceful demonstration for civil rights ever witnessed in America. Freed Photo Credit: All photographs © Estate of Leonard Freed Ð Magnum Photos (Brigitte Freed).

 

August 28, 1963. On that historic day Dr. Martin Luther King Jr. delivered his I Have a Dream speech at the Lincoln Memorial and 250,000 people participated in the largest peaceful demonstration for civil rights ever witnessed in America. Freed Photo Credit: All photographs © Estate of Leonard Freed Ð Magnum Photos (Brigitte Freed).

 

August 28, 1963. On that historic day Dr. Martin Luther King Jr. delivered his ‘I Have a Dream’ speech at the Lincoln Memorial and 250,000 people participated in the largest peaceful demonstration for civil rights ever witnessed in America. Freed Photo Credit: All photographs © Estate of Leonard Freed Ð Magnum Photos (Brigitte Freed).

 

August 28, 1963. On that historic day Dr. Martin Luther King Jr. delivered his ÒI Have a DreamÓ speech at the Lincoln Memorial and 250,000 people participated in the largest peaceful demonstration for civil rights ever witnessed in America. Freed Photo Credit: All photographs © Estate of Leonard Freed Ð Magnum Photos (Brigitte Freed).

 

August 28, 1963. On that historic day Dr. Martin Luther King Jr. delivered his ÒI Have a DreamÓ speech at the Lincoln Memorial and 250,000 people participated in the largest peaceful demonstration for civil rights ever witnessed in America. Freed Photo Credit: All photographs © Estate of Leonard Freed Ð Magnum Photos (Brigitte Freed).

 

Washington March for Jobs and Freedom – Washington DC. August 28, 1963 – Photographer- Francis Miller – Time Inc Owned Merlin

 

Washington march, 28 août 1963, Martin Luther King prononçant son discours ‘I have a dream’

 

 

 

Wahington march, 28 août 1963. Martin Luther King Jr devant 200 000 personnes après avoir prononcé don discours ‘I Have a Dream’ (Photo by Hulton Archive/Getty Images)

 

Wahington march, 28 août 1963. Martin Luther King Jr devant 200 000 personnes après avoir prononcé don discours ‘I Have a Dream’ (Photo by Hulton Archive/Getty Images)

 

 

Washington march, 28 août 1963

 

Washington march, 28 août 1963

 

Vue aérienne du rassemblement à Washington, lors de son discours résumé par le titre qui lui fut donné ultérieurement « I have a dream », 28 août 1963

 

Selma to Montgomery march for freedom, 7, 9 et 25 mars 1965

 

emblematic of the relationship between the Jewish and Black communities during the Civil Rights Movement. It was taken in 1965 in Montgomery

 

Selma to Montgomery march for freedom, 7, 9 et 25 mars 1965

 

Selma to Montgomery march for freedom, 7, 9 et 25 mars 1965

 

Selma to Montgomery march for freedom, 7, 9 et 25 mars 1965

 

March 1965: American civil rights leader Martin Luther King (1929 – 1968) (centre) with his wife Coretta Scott King and colleagues during a civil rights march from Selma, Alabama, to the state capital in Montgomery. (Photo by William Lovelace/Express/Getty Images)

 

Selma to Montgomery march for freedom, 7, 9 et 25 mars 1965

 

Selma to Montgomery march for freedom, 7, 9 et 25 mars 1965

 

Selma to Montgomery march for freedom, 7, 9 et 25 mars 1965

 

Selma to Montgomery march for freedom, 7, 9 et 25 mars 1965

 

Selma to Montgomery march for freedom, 7, 9 et 25 mars 1965

 

Selma to Montgomery march for freedom, 7, 9 et 25 mars 1965

 

 

Selma to Montgomery march for freedom, 7, 9 et 25 mars 1965

 

Selma to Montgomery march for freedom, 7, 9 et 25 mars 1965

 

MONTGOMERY, AL – MARCH 25, 1965 : Dr. Martin Luther King, Jr. speaking before crowd of 25,000 Selma To Montgomery, Alabama civil rights marchers, in front of Montgomery, Alabama state capital building. On March 25, 1965 in Montgomery, Alabama. (Photo by Stephen F. Somerstein/Getty Images)

 

Montgomery, 25 mars 1965

 

 

Martin Luther King Jr, 24 octobre 1965

 

March against fear – June 1966, Philadelphia, Mississippi, USA — Martin Luther King Jr. and Stokely Carmichael walk together as the March Against Fear walks through the town of Philadelphia. The march went to Philadelphia to protest the unsolved murders of three civil rights workers in 1964. — Image by © Flip Schulke/CORBIS

 

March against fear – June 1966, Philadelphia, Mississippi, USA

 

 

March against fear – June 1966, Philadelphia, Mississippi, USA – Martin Luther King being shoved back by Mississippi patrolmen during the 220 mile « March Against Fear » from Memphis, Tennessee to Jackson, Mississippi. Mississippi: June 8, 1966. (Photo by Underwood Archives/Getty Images)

 

In this Dec. 10, 1964, file photo, U.S. civil rights leader Rev. Dr. Martin Luther King receives the Nobel Peace Prize from Gunnar Jahn, chairman of the Nobel Committee, in Oslo, Norway. (AP Photo, File)

 

10 décembre 1964, Martin Luther King Jr, prix Nobel

 

10 décembre 1964, Martin Luther King Jr, prix Nobel

 

 

African American integration leader Dr. Martin Luther King Jr., right, winner of the 1964 Nobel Peace Prize, receives a glass bowl inscribed to him as a “citizen of Atlanta, with respect and admiration,” from Rabbi Jacob Rothschild of the Temple Synagogue in Atlanta on Jan. 27, 1965. (AP Photo)

 

Chicago Campaign – le 10 juillet 1966

 

Chicago Campaign – Tentative d’assassinat de Martin Luther King Jr par coups de feu, à Chicago, le 10 juillet 1966

 

Chicago Campaign – Tentative d’assassinat de Martin Luther King Jr par coups de feu, à Chicago, le 10 juillet 1966

 

 

FILE -In this March 28, 1968 file photo, Dr. Martin Luther King Jr. and Rev. Ralph Abernathy, right, lead a march on behalf of striking Memphis, Tenn., sanitation workers. Forty-five years after Martin Luther King Jr. was killed supporting a historic sanitation workers strike in Memphis, the city’s garbage and trash collectors are fighting to hold on to jobs that some city leaders want to hand over to a private company. (AP Photo/The Commercial Appeal, Sam Melhorn, File)

 

Petites filles noires regardent jouer les enfants blancs

 

 

 

 

 

 

 

Rev. Dr. Martin Luther King Jr. speaking. (Photo by Julian Wasser//Time Life Pictures/Getty Images)

 

 

 

1968, contre la guerre au Vietnam

 

 

James Earl Ray (meurtrier de Martin Luther King Jr)

 

Assassinat de Martin Luther King Jr révélé par les journaux, 5 avril 1968

 

Assassinat de Martin Luther King Jr révélé par les journaux, 5 avril 1968

 

Assassinat de Martin Luther King Jr révélé par les journaux, 5 avril 1968

 

Assassinat de Martin Luther King Jr révélé par les journaux, 5 avril 1968

 

Funérailles de Martin Luther King Jr

 

Funérailles de Martin Luther King Jr

 

 

Funérailles de Martin Luther King Jr – Creation date, Atlanta, Georgia, USA — Mourners view Martin Luther King’s open casket.Atlanta, GA, 1968 — Image by © Bob Adelman/Corbis

 

Coretta King, l’épouse Martin Luther King Jr, lors des funérailles de Martin Luther King

 

09 Apr 1968, Atlanta, Georgia, USA — Mule-drawn wagon carrying the casket of Dr. Martin Luther King, Jr., is followed by dignitaries and thousands of people as it moves en route to Morehouse College for memorial service. — Image by © Bettmann/CORBIS

 

 

 

Tombe de Martin Luther King Jr et de sa femme, Coretta King

 

Tombe de Martin Luther King Jr et de sa femme, Coretta King

 

 

 

Dr. Martin Luther King Jr.
August 28, 1963. Lincoln Memorial in Washington D.C.

I am happy to join with you today in what will go down in history as the greatest demonstration for freedom in the history of our nation.

Five score years ago a great American in whose symbolic shadow we stand today signed the Emancipation Proclamation. This momentous decree came as a great beckoning light of hope to millions of Negro slaves who had been seared in the flames of withering injustice. It came as a joyous daybreak to end the long night of their captivity.

But one hundred years later the Negro is still not free. One hundred years later the life of the Negro is still sadly crippled by the manacles of segregation and the chains of discrimination.

One hundred years later the Negro lives on a lonely island of poverty in the midst of a vast ocean of material prosperity.

One hundred years later the Negro is still languishing in the comers of American society and finds himself in exile in his own land.

We all have come to this hallowed spot to remind America of the fierce urgency of now. Now is the time to rise from the dark and desolate valley of segregation to the sunlit path of racial justice. Now is the time to change racial injustice to the solid rock of brotherhood. Now is the time to make justice ring out for all of God’s children.

There will be neither rest nor tranquility in America until the Negro is granted citizenship rights.

We must forever conduct our struggle on the high plane of dignity and discipline. We must not allow our creative protest to degenerate into physical violence. Again and again we must rise to the majestic heights of meeting physical force with soul force.

And the marvelous new militarism which has engulfed the Negro community must not lead us to a distrust of all white people, for many of our white brothers have evidenced by their presence here today that they have come to realize that their destiny is part of our destiny.

So even though we face the difficulties of today and tomorrow I still have a dream. It is a dream deeply rooted in the American dream.

I have a dream that one day this nation will rise up and live out the true meaning of its creed: ‘We hold these truths to be self-evident; that all men are created equal. »

I have a dream that one day on the red hills of Georgia the sons of former slaves and the sons of former slave owners will be able to sit together at the table of brotherhood.

I have a dream that one day even the state of Mississippi, a state sweltering with the heat of injustice, sweltering with the heat of oppression, will be transformed into an oasis of freedom and justice.

I have a dream that little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character.

I have a dream today.

I have a dream that one day down in Alabama, with its vicious racists, with its Governor having his lips dripping with the words of interposition and nullification, one day right there in Alabama little black boys and black girls will be able to join hands with little white boys and white girls as sisters and brothers.

I have a dream today.

I have a dream that one day every valley shall be exalted, every hill and mountain shall be made low, the rough places plains, and the crooked places will be made straight, and before the Lord will be revealed, and all flesh shall see it together.

This is our hope. This is the faith that I go back to the mount with. With this faith we will be able to hew out of the mountain of despair a stone of hope. With this faith we will be able to transform the genuine discords of our nation into a beautiful symphony of brotherhood. With this faith we will be able to work together, pray together; to struggle together, to go to jail together, to stand up for freedom forever, )mowing that we will be free one day.

And I say to you today my friends, let freedom ring. From the prodigious hilltops of New Hampshire, let freedom ring. From the mighty mountains of New York, let freedom ring. From the mighty Alleghenies of Pennsylvania!

Let freedom ring from the snow capped Rockies of Colorado!

Let freedom ring from the curvaceous slopes of California!

But not only there; let freedom ring from the Stone Mountain of Georgia!

Let freedom ring from Lookout Mountain in Tennessee!

Let freedom ring from every hill and molehill in Mississippi. From every mountainside, let freedom ring.

And when this happens, when we allow freedom to ring, when we let it ring from every village and hamlet, from every state and every city, we will be able to speed up that day when all of God’s children, black men and white men, Jews and Gentiles, Protestants and Catholics, will be able to join hands and sing in the words of the old Negro spiritual, « Free at last! Free at last! Thank God almighty, we’re free at last! »

 

J’ai un rêve

(Discours prononcé par Martin Luther King Jr le 28 août 1963, au Lincoln Memorial à Washington D.C.)

Je suis heureux de me joindre à vous aujourd’hui pour participer à ce que l’histoire appellera la plus grande démonstration pour la liberté dans les annales de notre nation.

Il y a un siècle de cela, un grand Américain qui nous couvre aujourd’hui de son ombre symbolique signait notre Proclamation d’Émancipation. Ce décret capital se dresse, comme un grand phare illuminant d’espérance les millions d’esclaves marqués au feu d’une brûlante injustice. Ce décret est venu comme une aube joyeuse terminer la longue nuit de leur captivité.

Mais, cent ans plus tard, le Noir n’est toujours pas libre. Cent ans plus tard, la vie du Noir est encore terriblement handicapée par les menottes de la ségrégation et les chaînes de la discrimination. Cent ans plus tard, le Noir vit à l’écart sur son îlot de pauvreté au milieu d’un vaste océan de prospérité matérielle. Cent ans plus tard, le Noir languit encore dans les coins de la société américaine et se trouve exilé dans son propre pays.

C’est pourquoi nous sommes venus ici aujourd’hui dénoncer une condition humaine honteuse. En un certain sens, nous sommes venus dans notre capitale nationale pour encaisser un chèque. Quand les architectes de notre République ont magnifiquement rédigé notre Constitution de la Déclaration d’Indépendance, ils signaient un chèque dont tout Américain devait hériter. Ce chèque était une promesse qu’à tous les hommes, oui, aux Noirs comme aux Blancs, seraient garantis les droits inaliénables de la vie, de la liberté et de la quête du bonheur.

Il est évident aujourd’hui que l’Amérique a manqué à ses promesses à l’égard de ses citoyens de couleur. Au lieu d’honorer son obligation sacrée, l’Amérique a délivré au peuple Noir un chèque en bois, qui est revenu avec l’inscription “ provisions insuffisantes ”. Mais nous refusons de croire qu’il n’y a pas de quoi honorer ce chèque dans les vastes coffres de la chance, en notre pays. Aussi, sommes-nous venus encaisser ce chèque, un chèque qui nous donnera sur simple présentation les richesses de la liberté et la sécurité de la justice.

Nous sommes également venus en ce lieu sacrifié pour rappeler à l’Amérique les exigeantes urgences de l’heure présente. Ce n’est pas le moment de s’offrir le luxe de laisser tiédir notre ardeur ou de prendre les tranquillisants des demi-mesures. C’est l’heure de tenir les promesses de la démocratie. C’est l’heure d’émerger des vallées obscures et désolées de la ségrégation pour fouler le sentier ensoleillé de la justice raciale. C’est l’heure d’arracher notre nation des sables mouvant de l’injustice raciale et de l’établir sur le roc de la fraternité. C’est l’heure de faire de la justice une réalité pour tous les enfants de Dieu. Il serait fatal pour la nation de fermer les yeux sur l’urgence du moment. Cet étouffant été du légitime mécontentement des Noirs ne se terminera pas sans qu’advienne un automne vivifiant de liberté et d’égalité.

1963 n’est pas une fin, c’est un commencement. Ceux qui espèrent que le Noir avait seulement besoin de se défouler et qu’il se montrera désormais satisfait, auront un rude réveil, si la nation retourne à son train-train habituel.

Il n’y aura ni repos ni tranquillité en Amérique jusqu’à ce qu’on ait accordé au peuple Noir ses droits de citoyen. Les tourbillons de la révolte ne cesseront d’ébranler les fondations de notre nation jusqu’à ce que le jour éclatant de la justice apparaisse.

Mais il y a quelque chose que je dois dire à mon peuple, debout sur le seuil accueillant qui donne accès au palais de la justice : en procédant à la conquête de notre place légitime, nous ne devons pas nous rendre coupables d’agissements répréhensibles.

Ne cherchons pas à satisfaire notre soif de liberté en buvant à la coupe de l’amertume et de la haine. Nous devons toujours mener notre lutte sur les hauts plateaux de la dignité et de la discipline. Nous ne devons pas laisser nos revendications créatrices dégénérer en violence physique. Sans cesse, nous devons nous élever jusqu’aux hauteurs majestueuses où la force de l’âme s’unit à la force physique.

Le merveilleux esprit militant qui a saisi la communauté noire ne doit pas nous entraîner vers la méfiance de tous les Blancs, car beaucoup de nos frères blancs, leur présence ici aujourd’hui en est la preuve, ont compris que leur destinée est liée à la nôtre. L’assaut que nous avons monté ensemble pour emporter les remparts de l’injustice doit être mené par une armée bi-raciale. Nous ne pouvons marcher tout seul au combat. Et au cours de notre progression il faut nous engager à continuer d’aller de l’avant ensemble. Nous ne pouvons pas revenir en arrière.

Il y a des gens qui demandent aux militants des Droits Civiques : “ Quand serez-vous enfin satisfaits ? ” Nous ne serons jamais satisfaits aussi longtemps que le Noir sera la victime d’indicibles horreurs de la brutalité policière. Nous ne pourrons être satisfaits aussi longtemps que nos corps, lourds de la fatigue des voyages, ne trouveront pas un abri dans les motels des grandes routes ou les hôtels des villes.

Nous ne pourrons être satisfaits aussi longtemps que la liberté de mouvement du Noir ne lui permettra guère que d’aller d’un petit ghetto à un ghetto plus grand. Nous ne pourrons être satisfaits aussi longtemps que nos enfants, même devenus grands, ne seront pas traités en adultes et verront leur dignité bafouée par les panneaux “ Réservé aux Blancs ”. Nous ne pourrons être satisfaits aussi longtemps qu’un Noir du Mississippi ne pourra pas voter et qu’un Noir de New-York croira qu’il n’a aucune raison de voter. Non, nous ne sommes pas satisfaits et ne le serons jamais, tant que le droit ne jaillira pas comme l’eau, et la justice comme un torrent intarissable.

Je n’ignore pas que certains d’entre vous ont été conduis ici par un excès d’épreuves et de tribulations. D’aucuns sortent à peine d’étroites cellules de prison. D’autres viennent de régions où leur quête de liberté leur a valu d’être battus par les orages de la persécution et secoués par les bourrasques de la brutalité policière. Vous avez été les héros de la souffrance créatrice. Continuez à travailler avec la certitude que la souffrance imméritée vous sera rédemptrice.

Retournez dans le Mississippi, retournez en Alabama, retournez en Caroline du Sud, retournez en Georgie, retournez en Louisiane, retournez dans les taudis et les ghettos des villes du Nord, sachant que de quelque manière que ce soit cette situation peut et va changer. Ne croupissons pas dans la vallée du désespoir.

Je vous le dis ici et maintenant, mes amis, bien que, oui, bien que nous ayons à faire face à des difficultés aujourd’hui et demain je fais toujours ce rêve : c’est un rêve profondément ancré dans l’idéal américain. Je rêve que, un jour, notre pays se lèvera et vivra pleinement la véritable réalité de son credo : “ Nous tenons ces vérités pour évidentes par elles-mêmes que tous les hommes sont créés égaux ”.

J’ai un rêve : qu’un jour sur les collines rousses de Georgie les fils d’anciens esclaves et ceux d’anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.

J’ai un rêve : qu’un jour, même l’Etat du Mississippi, un Etat où brûlent les feux de l’injustice et de l’oppression, sera transformé en un oasis de liberté et de justice.

J’ai un rêve : que mes quatre petits-enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, mais sur la valeur de leur caractère. Je fais aujourd’hui un rêve !

J’ai un rêve : qu’un jour, même en Alabama, avec ses abominables racistes, avec son gouverneur à la bouche pleine des mots “ opposition ” et “ annulation ” des lois fédérales, que là même en Alabama, un jour les petits garçons noirs et les petites filles blanches pourront se donner la main, comme frères et sœurs. Je fais aujourd’hui un rêve !

J’ai un rêve : qu’un jour toute la vallée sera relevée, toute colline et toute montagne seront rabaissées, les endroits escarpés seront aplanis et les chemins tortueux redressés, la gloire du Seigneur sera révélée à tout être fait de chair.

Telle est notre espérance. C’est la foi avec laquelle je retourne dans le Sud.

Avec cette foi, nous serons capables de distinguer dans la montagne du désespoir une pierre d’espérance. Avec cette foi, nous serons capables de transformer les discordes criardes de notre nation en une superbe symphonie de fraternité.

Avec cette foi, nous serons capables de travailler ensemble, de prier ensemble, de lutter ensemble, d’aller en prison ensemble, de défendre la cause de la liberté ensemble, en sachant qu’un jour, nous serons libres. Ce sera le jour où tous les enfants de Dieu pourront chanter ces paroles qui auront alors un nouveau sens : “ Mon pays, c’est toi, douce terre de liberté, c’est toi que je chante. Terre où sont morts mes pères, terre dont les pèlerins étaient fiers, que du flanc de chacune de tes montagnes, sonne la cloche de la liberté ! ” Et, si l’Amérique doit être une grande nation, que cela devienne vrai.

Que la cloche de la liberté sonne du haut des merveilleuses collines du New Hampshire !
Que la cloche de la liberté sonne du haut des montagnes grandioses de l’Etat de New-York !
Que la cloche de la liberté sonne du haut des sommets des Alleghanys de Pennsylvanie !
Que la cloche de la liberté sonne du haut des cimes neigeuses des montagnes rocheuses du Colorado !
Que la cloche de la liberté sonne depuis les pentes harmonieuses de la Californie !

Mais cela ne suffit pas.

Que la cloche de la liberté sonne du haut du mont Stone de Georgie !
Que la cloche de la liberté sonne du haut du mont Lookout du Tennessee !
Que la cloche de la liberté sonne du haut de chaque colline et de chaque butte du Mississippi ! Du flanc de chaque montagne, que sonne le cloche de la liberté !

Quand nous permettrons à la cloche de la liberté de sonner dans chaque village, dans chaque hameau, dans chaque ville et dans chaque Etat, nous pourrons fêter le jour où tous les enfants de Dieu, les Noirs et les Blancs, les Juifs et les non-Juifs, les Protestants et les Catholiques, pourront se donner la main et chanter les paroles du vieux Negro Spiritual : “ Enfin libres, enfin libres, grâce en soit rendue au Dieu tout puissant, nous sommes enfin libres ! ”.

 

 

Et vous, vous en pensez quoi ? (commentaire)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s