Issues possibles au conflit islamo-juif en Israël (‘Ami Artsi עמי ארצי)


Les problèmes générés par le conflit israélo-palestinien (qui n’est, en réalité qu’un conflit islamo-juif grossièrement déguisé en conflit national ou conflit territorial) ont duré depuis assez longtemps maintenant, et Israël a payé un lourd tribu tant sur le plan militaire que politique. Les Juifs en ont assez de devoir se battre contre cette haine et cette violence persistantes et parfaitement illégitimes.

Il est temps de briser le cercle vicieux une fois pour toutes. Comme je l’avais écrit dans mon article « Pas d’Etat palestinien en Israël », le temps aggrave la situation et Israël, pour des questions de sécurité évidentes, ne peut ni opter pour la solution à 2 Etats (qui serait géographiquement intenable et qui fragiliserait, in fine, la sécurité même des habitants d’Israël), ni opter pour la solution à un Etat binational (qui serait une épée de Damoclès constamment brandie au dessus de la tête de l’Etat juif).

Voyons les éléments dont nous disposons…

Nous avons d’un côté Israël avec ses exigences :

  • Jérusalem une et indivisible comme capitale
  • La Judée et la Samarie
  • La paix et la sécurité

Les Arabes dits « Palestiniens » avec leurs exigences :

  • Jérusalem comme capitale d’un Etat palestinien
  • Un Etat militarisé sans le moindre Juif à l’intérieur (Judenrein)
  • Le retour des « réfugiés palestiniens », les Arabes étant parti en 1948
  • Un dédommagement pour eux par Israël
  • Qu’Israël revienne aux « frontières » de 1947
  • Des subventions des organisations internationales

Des données historiques :

Les Juifs sont historiquement le peuple indigène de ce pays (de nombreux vestiges archéologiques, des témoignages de voyageurs, le nom des villes et des régions ainsi la présence de tous temps de Juifs dans ce pays l’attestent). L’arrivée d’une vague arabe à la fin du 19è siècle répondant à la forte croissance grâce à un important appel d’offres d’emploi et d’excellentes conditions de travail pour ceux qui viendraient aider les Juifs à rebâtir leur pays sont tout-à-fait vérifiables, de nombreux documents l’attestant.

religieuses :

  • Jérusalem n’est pas mentionné une seule fois dans le Coran mais plusieurs centaines de fois dans la Torah.
  • Les trois religions monothéistes, le judaïsme, le christianisme et l’islam reconnaissent explicitement dans leurs textes que ce pays a été donné aux Juifs. Les textes n’en parlent jamais comme une terre chrétienne ou musulmane, mais toujours comme la terre des Juifs.
  • Le Mont du Temple est le 1er lieu sacré du judaïsme (le plus sacré d’entre tous !). C’est pour cela que les deux temples ont été bâti dessus. Il est considéré par les musulmans sunnites (uniquement, pas les chiites) comme un lieu saint de l’islam, bien qu’aucun verset du Coran n’y fasse concrètement référence. Il s’agirait, selon eux, du 3è lieu saint de l’islam.

juridiques :

  • Les accords Weissman / Fayçal
  • La déclaration Balfour
  • La conférence de San Remo

commerciales :

  • Lord Rotschild  a acheté de très nombreux terrains à l’empire ottoman avant son effondrement. L’empire ottoman possédait le pays à l’époque. Ces terrains ont été achetés pour y faire renaître le foyer national du peuple juif.
  • Le rabbi de Loubavitch a racheté, lui aussi, des localités (qui étaient déjà la proprité des Juifs d’un point de vue religieux, historique et démographique) à l’empire ottoman
  • La communauté juive de ‘Hevron a, elle aussi, racheté des terrains à l’empire ottoman

comportementales :

  • Ce sont les Juifs qui ont asséché les marais et fait refleurir le désert, même si un certain nombre d’Arabes a participé, ensuite, à l’agriculture
  • Les Juifs ont toujours tendu une main amicale vers les Arabes
  • Les Arabes y ont répondu à chaque fois par les meurtres, le sang et la guerre. Les massacres de ‘Hevron et de Yaffo (Jaffa) sont des exemples.
  • Les Juifs permettent la co-existence du judaïsme, du christianisme et de l’islam et assure la protection de leurs fidèles et la préservation de leurs lieux saints.
  • Les Arabes ont bâti un dôme exactement sur le lieu le plus sacré du judaïsme, assassiné les Juifs voulant prier au Kotel (le Mur des lamentations, comme l’appellent les chrétiens), ont détruit (et continuent de le faire) les vestiges archéologiques juifs sur le Mont du Temple, ont brûlé plusieurs fois le kever Yossef (le tombeau de Joseph), ont attaqué les Juifs voulant y prier, ont attaqué les Juifs priant en face du Kotel en cassant le sol de « l’esplanade des mosquées pour en faire des pierres et les lancer sur les Juifs priant en-dessous, ont attaqué les Juifs venant prier sur le Mont du Temple, se sont approprié la Maharat Hapakhpella (le Caveau des Patriarches), y ont massacré les Juifs venant y prier, se sont approprié le Kever Ra’hel (le Tombeau de Rachel). La communauté chrétienne n’est pas en reste et subit constamment les pressions, attaques et humiliations arabes dans les territoires sous contrôle palestinien
  • Les Arabes lancent des pierres sur des soldats et des civils juifs, des lynchages dans les territoires contrôlés par l’Autorité Palestinienne contre des Juifs qui s’y aventureraient aussi bien que contre d’autres Arabes, perpétuent des crimes d’ « honneur » (ils parlent d’ailleurs beaucoup d’honneur mais ignorent complètement  le sens de ce mot), des attentats aux couteaux contre les Juifs, à la voiture bélier contre les Juifs, lancent des roquettes  quotidiennement contre Israël, enlèvent des Juifs, etc
  • Les Juifs ont accepté d’emblée la résolution 181 de l’O.N.U proposant le partage de la petite et misérable parcelle de terre que leur ont laissé les Britanniques après avoir offert plus de 80% aux Arabes hachémites (dont se réclament aussi les autoproclamés « palestiniens » – le rouge dans le triangle de leur drapeau est la couleur des Hachémites). Un partage entre un Etat juif et un Etat arabe vivant côte à côte dans la paix et la sécurité. Les Juifs ayant entendu le mot « paix » ont tout de suite accepté, les Arabes ayant entendu le mot « paix » ont immédiatement et catégoriquement refusé.
Drapeau palestinien
Drapeau palestinien

.

drajo
Drapeau jordanien

géographiques

La Palestine mandataire s’étendant de chaque côté du Jourdain, les Britanniques ont donné unilatéralement plus de 80% de la terre aux Arabes Hachémites (partie appelée d’abord « Royaume Hachémite de Transjordanie », puis « Jordanie », une surface de 89 342 km², trois fois plus grande que la partie laissé aux Juifs 22 072 km² (une superficie égale à celle du New Jersey) sur lesquels les Arabes hachémites réclament  plus de 2 000 km² en plus des 89 342 km² de notre terre ancestrale qui leur ont été offerts par les Britanniques, ce qui donne 91 342 km² pour les Arabes Hachémites (en plus de toutes les superficies de contrées conquises depuis le 7è siècle au Moyen-Orient) contre 20 072 km² pour les Juifs.

démographique

La Jordanie compte 9 531 712 habitants pour 89 342 km², ce qui équivaut à une moyenne de 107 habitants par km²

Israël compte 8 602 000 habitants pour 22 072 km², ce qui équivaut à près à 390 habitants par km²

Plus au Sud, le Sinaï a une superficie de 60 000 km², sans habitants.

et morales :

Après tout ce que le peuple juif a enduré, il lui revient légitimement d’avoir un Etat pour le protéger de futures persécutions, un Etat où il serait à nouveau libre et souverain. Cet Etat ne pouvait se faire nulle part ailleurs que sur sa terre ancestrale, car il n’est pas question pour nous de nous établir sur une terre qui n’est pas la nôtre historiquement. La terre qui a plus de légitimité à nous revenir est celle où nous nous sommes formés en tant que peuple : notre terre ancestrale, la terre d’Israël. « Une terre sans peuple pour un peuple sans terre », comme on le disait alors.

La Jordanie a une population majoritairement composée d’Arabes dits « palestiniens », qui sont, pour la plupart, des Arabes provenant de différents pays voisins d’Israël, venus par 4 vagues (1ère vague, à la fin du 19è siècle, 2è vague pendant le mandat britannique (1922-1947), 3ème vague, lors de la première guerre d’anéantissement lancée contre Israël par six pays arabes (1948) (dans le même temps, sur appel du Haut Comité Arabe, une partie des Arabes qui s’étaient établis dans le pays à la fin du 19è siècle sont partis), et 4è vague, lors de la seconde guerre d’anéantissement lancée contre Israël par six pays arabes (1967)

… Résultat, que pouvons-nous faire ?

1) Un Etat juif englobant tous les Arabes dits « palestiniens » en leur donnant la citoyenneté israélienne ? Oui, pourquoi pas… La démographie arabe étant très largement inférieure à la démographie juive, et elle l’a toujours été…  mais tout d’abord, il faudra alors expulser toutes les organisations terroristes, tous leurs sympathisants (y compris à la Knesset !) et tous ceux refusant de faire serment d’allégeance à l’Etat d’Israël (car ce refus est alors clairement révélateur d’intentions hostiles). Il faudra aussi qu’Israël reste un Etat juif et pour cela l’instauration d’un système de quotas garantirait que quoi qu’il advienne, et une clause spécifique ainsi qu’un certain nombre de garde fous législatifs pour qu’il soit impossible que les Juifs perdent le contrôle sur leur Etat. Pourquoi pas ? Solution à retenir.

2) Garder tous ces Arabes et faire un Etat binational ? Idée tout simplement inacceptable, d’abord parce que nous n’avons qu’un seul Etat juif et qu’il est notre sécurité vitale en plus de toutes les autres raisons d’ordre historique, religieux, affectif, juridique, commercial et moral, et en plus parce que, comme pour la précédente idée, si la démographie est pour le moment favorable aux Juifs, rien n’empêcherait cela de s’inverser, et cet Etat binational deviendrait alors un Etat arabe supplémentaire dans lequel nous serions à nouveau assujettis et persécutés, et nous n’aurions alors plus d’Etat pour nous défendre et nous protéger, nous redeviendrions alors les Juifs errants que nous avons été pendant 2 000 ans d’exil. Et ça, c’est exclu.

D’autre part, même sans cette menace plus que concrète, un Etat binational implique le partage du contrôle du pays avec des musulmans or ceux-ci n’aspirant qu’à la destruction d’Israël et ne s’étant à aucun moment illustrés comme des défenseurs de l’Etat d’Israël, bien au contraire, il est exclu de placer en eux une telle confiance. Ils représentent une trop grande menace pour leur offrir une telle opportunité de nous détruire.

3) Faire « deux Etats pour deux peuples », comme aimait le répéter la formule ? Pourquoi pas mais en ce cas, l’Etat palestinien ne peut absolument pas être établi en Israël, car aucun des deux Etats ne serait viable. Les Arabes dits « palestiniens » se plaindront auprès des instances internationales d’avoir un Etat coupé en deux et qu’il est impossible de gérer un Etat dans ces conditions, et sur ce point, ils auront raison.

Israël sera obligé de contrôler les passages d’une partie de cet Etat vers l’autre afin d’éviter des infiltrations terroristes en Israël, et cela aussi fera l’objet de plaintes de « l’Etat de Palestine ». Ils diront que cela rend leur vie impossible, et la communauté internationale  leur donnera raison !

Ils réclameront d’élargir les frontières pour que les deux parties de l’Etat soient plus proches l’une de l’autre et que leur Etat ait droit, lui aussi, à une armée qui sera là pour empêcher de prétendues violations ou risque de violation de la souveraineté palestinienne par Israël. Ça sera soutenu par la communauté internationale.

Israël sera alors étranglé, voire complètement scindé en deux parties et menacé par l’armée palestinienne.

Par ailleurs, chaque fois qu’Israël a laissé une autonomie aux Arabes dits « Palestiniens », ça ne lui a jamais porté chance (Gaza est devenu un fief islamiste terroriste d’où sont constamment tirés des missiles vers Israël et les territoires sous contrôle de l’A.P sont devenus un paradis pour les terroristes et le développement de l’antisémitisme !)

De plus, l’idée de créer un Etat palestinien en Israël fait partie à part entière du plan par étapes établi par Yasser Arafat conduisant à la destruction d’Israël.

Non, plus j’y réfléchi et plus j’en viens à la conclusion que si les Arabes dits « palestiniens » veulent à tout prix un Etat, la seule solution est qu’ils aient alors un Etat palestinien en dehors d’Israël.

Un Etat palestinien en Israël est impossible à réaliser, c’est pour cela que cette idée doit être complètement écartée. Car elle est dangereuse et n’est absolument pas réaliste. On ne peut pas gérer un Etat étranglé ou scindé en deux parties (autant pour les Arabes dits « palestiniens » que pour Israël). C’est impossible, et complètement irréaliste.

La seule façon que les Arabes dits « palestiniens » aient un Etat (si toutefois ça les intéresse) c’est qu’il soit établi en dehors d’Israël.

La Jordanie est sans doute le choix le plus logique pour être l’Etat palestinien vu que sa population est composée à plus de 75% d’Arabes se revendiquant « palestiniens » et faisant partie de la première vague d’immigration arabe en Israël.

En plus de cela, cette population, comme la population arabe dite « palestinienne » revendique sa filiation hachémite, et justement, la Jordanie est un royaume hachémite.

Enfin, au niveau de la superficie, le choix jordanien serait plus logique. La Jordanie bénéficie d’un très beau paysage et d’une grande surface mais ne semble pas savoir comment l’utiliser car elle a trop d’espace pour trop peu de monde.

(cliquez sur les images pour les agrandir)

jordanie-1
Jordanie

.

Jordanie
Jordanie

.

jordanie-3
Jordanie (c’est un monument historique, ici, mais on peut constater au loin, que la zone n’est pas davantage habitée)

.

jordanie-4
Jordanie

.

jordanie5
Jordanie

.

Jordanie
Jordanie

.

Jordanie
Jordanie

.

Jordanie
Jordanie

.

Jordanie
Jordanie

.

Jordanie
Jordanie

.

Jordanie
Jordanie

.

jordanie13
Jordanie

.

Jordanie
Jordanie

.

Jordanie
Jordanie

Jordanie
Jordanie (il y a des montagnes sur lesquelles peuvent être érigées des localités)

.

… Ou alors au Sinaï… Un désert inhabité où l’insécurité sévit (groupes islamistes, bandits de grands chemins, etc), mais bâtir un Etat palestinien dans le Sinaï permettrait de sécuriser la zone pour l’Egypte, qui n’aurait plus à sa porte les menaces qu’elle a aujourd’hui.

Revenons-en maintenant aux exigences des uns et des autres :

Nous avons d’un côté Israël avec ses exigences :

  • Jérusalem une et indivisible comme capitale (c’est déjà le cas)
  • La Judée et la Samarie (historiquement, étymologiquement, religieusement, le berceau de notre peuple. Ces régions lui reviennent donc légitimement.)
  • La paix et la sécurité (aspirations légitimes qui ne peut être refusées)

Les Arabes dits « Palestiniens » avec leurs exigences :

  • Jérusalem comme capitale d’un Etat palestinien (impossible car les Juifs ont choisi cette ville pour capitale il y a 3 000 ans et depuis 3 000 ans elle est restée leur capitale dans le cœur et dans l’âme)… De plus les liens spirituels entre les Arabes et cette ville ne sont établis par aucun texte religieux, et la revendication d’en faire la capitale d’un Etat palestinien est tout-à-fait récente.

 

  • Un Etat militarisé sans le moindre Juif à l’intérieur (Judenrein) (dégueulasse et antisémite mais bon, pourquoi pas ? Si ça peut les amuser…)

 

  • Le retour des « réfugiés palestiniens », les Arabes ayant fuit en 1948 (oui, bien sûr, aucun problème pour que les Arabes de la 1ère vague reviennent dans la région et s’installent dans l’Etat palestinien alors créé, mais pas en Israël)

 

  • Un dédommagement pour eux par Israël (non, pourquoi donc ?? D’autant que de l’argent, ils en reçoivent déjà des quantités astronomiques qui, certes, sont gardées par leurs dirigeants, mais ça; c’est un autre problème qu’ils devront régler avec eux. Israël n’a pas à y être impliqué !)

 

  • Qu’Israël revienne aux « frontières » de 1947 (impossible d’abord parce qu’il n’y avait pas de frontières de ce type en 1947, ensuite parce que cela impliquerait un Etat palestinien EN Israël et représenterait un danger pour l’existence même de l’Etat juif, et compte tenu des actions passées et même beaucoup plus récentes (continues en fait) des Arabes dits « palestiniens », l’Etat juif n’a aucune raison de leur faire confiance. Ils se sont tout seuls privé de cette possibilité en agissant comme ils l’ont fait)

 

  • Des subventions des organisations internationales (ça, c’est à voir avec elles, mais je suis sûr qu’elles continueront de leur en verser !)

 

Bien sûr, l’Egypte et la Jordanie ne seront pas contentes de voir des dizaines de millions de personnes sur leurs territoires, c’est pour cela qu’il conviendra de faire un tri auparavant.

Les Arabes dont le nom de famille est Al Masri (qui veut dire l’Égyptien) iront en Egypte, ceux dont le nom est Al Yamani iront au Yémen, ceux dont le nom est Al ‘Haurani retourneront à ‘Hauran, en Syrie, ceux dont le nom est Al Iraqi iront en Irak, ceux dont le nom est Al Mughrabi iront au Maroc, ceux qui s’appellent Al Sidawi retourneront à Sidon, Ceux dont le nom de famille est Al Tzaurani retourneront à Tyre, ceux qui s’appellent Al Tarabulsi repartiront pour Tripoli, etc… etc… etc…

Au final, le nombre sera beaucoup moins élevé, ce qui sera plus gérable.

Ne seront acceptés en Israël que ceux qui le désireront et sous 3 conditions :

  1. Être en mesure de pouvoir prouver la présence de leur famille sur cette terre
  2. N’avoir aucun lien avec une organisation terroriste
  3. Faire serment d’allégeance à l’Etat juif et démocratique d’Israël

Tous les autres seront envoyés dans leur pays d’origine ou dans l’Etat palestinien (au Sinaï, ou dans l’Etat palestinien de Jordanie)

Les auteurs d’actes terroristes et les organisations terroristes seront incarcérés en Israël sans exception dès lors qu’il sera établi un lien entre leur famille et le pays, sinon ils seront expulsés vers leurs pays d’origine, des accords pourront permettre qu’ils soient jugés sur place) ou vers l’Etat palestinien.

Il faudra établir au préalable que si les Arabes dits « palestiniens » veulent un Etat, il l’auront de cette façon, ce sera ça ou rien… S’ils refusent, la démonstration sera alors faite publiquement qu’ils ne veulent en fait pas réellement d’Etat et qu’ils ne veulent pas la paix, et en ce cas toutes les organisations les représentant devront être dissoutes et ne recevront plus la moindre subvention. Trump pourrait, par exemple, faire une initiative du genre à l’O.N.U, c’est le genre à être capable de la faire. D’autres ne le pourraient peut-être pas.

Tout ceci, Israël seul ne pourra, bien sûr, pas le faire. Si Israël demande au roi Abdallah que la Jordanie devienne l’Etat palestinien de Jordanie, ou si Israël demande à Abdel Fata’h Al Sissi de permettre, voire de participer à la création d’un Etat palestinien dans le Sinaï, ils vont refuser parce qu’il ont intérêt à ce que le problème perdure pour que le harcèlement contre Israël puisse se poursuivre. Mais il faudra alors qu’il y ait des mesures contraignantes doublées de mesures encourageantes.

Idem pour les pays vers lesquels seraient envoyés les Arabes dont les familles seraient originaires.

Idem pour mettre fin à la représentation des Arabes dits « palestiniens » sur la scène internationale.

Si les Arabes dits « palestiniens » refusent là aussi, il aura été fait la démonstration publique et internationale qu’ils ne veulent pas un Etat et mais la guerre terroriste. Raison amplement suffisante dans la guerre contre le terrorisme pour dissoudre illico tous les organismes qui les soutiennent (y compris l’UNRWA) !

Ils perdront alors tout : subventions, représentations, etc…

Ils auront alors perdu tout ce qu’ils ont obtenu jusqu’alors, y compris la crédibilité internationale.

On peut, par contre, avant leur refus, imposer des mesures contraignantes pour qu’ils acceptent (dissolution des organismes les représentant en cas de refus, fin des subventions, etc s’ils comptent refuser, doublées de mesures encourageantes (augmentation des subventions pour les aider à construire leur Etat)… A eux de choisir.

Ces idées me semblent logiques, morales, fondées, réalisables et, de très loin, préférables à la situation actuelle qui dure depuis trop longtemps, n’est bonne pour personne et qui ne peut déboucher sur rien de bon.

‘Ami Artsi עמי ארצי

Et vous, vous en pensez quoi ? (commentaire)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s