Le soutien des tribus indiennes au peuple et à l’Etat d’Israël (et inversement)

Article de Rachel Avraham, publié le 7 novembre 2013sur United With Israel et traduit en français pour la première fois par ‘Ami Artsi pour Israëlia

twyla-rayne-enjady

Les Palestiniens et leurs partisans ont essayé de présenter leur lutte comme parallèle à celle des Indiens d’Amérique. Cette poussée a été menée par George Bisharat, un activiste anti-Israélien dont les ancêtres ont seulement immigré en Terre Sainte dans les années 1920, et qui, pourtant, insiste sur le fait qu’il serait une personne indigène qui a été déraciné par la force, comme les Indiens d’Amérique l’ont été. En réalité, les Juifs sont le peuple indigène d’Israël, mais cela n’a pas empêcher les organisations pro-palestiniennes comme Adalah et les « Étudiants pour la Justice en Palestine » de jouer sur la lutte des Indiens d’Amérique pour servir leurs propres intérêts. Cependant, de nombreux Indiens ont rejeté toute comparaison entre leur lutte et celle des Palestiniens, préférant s’identifier à Israël.

Comme Ryan Bellerose, membre du peuple Métis au Canada, l’a écrit « Les Palestiniens ne sont pas comme nous. Leur combat n’est pas notre combat. Nous, les Natifs, croyons que le changement ne peut avoir lieu que paisiblement et nous refusons d’être affiliés à quiconque s’engage dans la violence visant des civils. Je ne peux pas rester silencieux et permettre aux Palestiniens de gagner en crédibilité à nos dépens en prétendant avoir des points communs avec nous. Je ne peux pas supporter qu’ils banalisent notre situation critique en la liant à la leur, qui est en grande partie auto-infligée. Notre population de plus de 65  millions de personnes a violemment été réduite à 10 millions, un massacre sans précédent dans l’Histoire. Comparer cela de quelque façon que ce soit à l’Histoire des Palestiniens est profondément offensant pour moi. Les Palestiniens ont perdu le pays qu’ils prétendent être le leur, mais il leur a été donné à maintes reprises l’opportunité de bâtir leur propre Etat dessus et d’établir un partenariat avec les Juifs – or ils ont constamment refusé des ouvertures de paix et ont choisi la guerre. Il ne nous a jamais été donné cette chance. Nous n’avons jamais fait ce choix. »

A l’opposé des assertions palestiniennes, Bellerose voit des parallèles entre la lutte des Indien d’Amérique et celle du peuple Juif. Il a affirmé, « Les Juifs aussi ont souffert du génocide et ont été expulsés de leur pays. Ils ont aussi été rejetés par tout le monde et forcé d’errer. Comme nous, ils se sont rebellés contre l’injustice impériale quand cela le nécessitait et, en dépit de leurs griefs, ont œuvré pour la paix dès que cela était possible. Comme nous, ils leur a été cédé un petit morceau minuscule de leur terre après des siècles de souffrances et de persécutions, terre que personne d’autre ne voulait appeler « home » jusque-là. Comme nous, ils ont pris cette terre malgré leurs craintes et ont forgé une nation à partir d’un peuple fracturé et blessé. Et comme nous, ils ont systématiquement montré un empressement à accepter un compromis pour le bien de leur peuple. »

Ryan Bellerose est loin d’être le seul Indien à ressentir les choses de cette façon. Santos Hawk Blood, un Indien pur sang, milite pour la terre des Indiens d’Amérique et les droits de la pêche, a fait une déclaration similaire « Un peuple indigène se doit de soutenir un autre peuple indigène. Je viens des mêmes Apaches que Cochese et Geronimo, le peuple Chiricahua du Sud de l’Arizona. Comme tous les Apaches, nous étions des guerriers. Lorsque des Indiens plus passifs étaient attaqués par des groupes maraudant, nous les combattions pour les défendre. Ça fait partie de la culture Apache de se lever pour défendre un peuple opprimé et de respecter tous les peuples chérissant leur terre ancestrale. J’admire les peuples qui se lèvent, et voilà pourquoi j’admire le peuple d’Israël : c’est un   peuple qui se lève pour défendre sa patrie. Nous ne sommes pas avec le peuple palestinien. » Sa mère a déclaré, elle aussi « Les Juifs sont un peuple comme nous. Ils ont été forcés de quitter leur terre, forcé de se déplacer d’un endroit à l’autre. Ils ont souffert comme nous et ont été attaqué partout où ils allaient. »

Anne Richardson, cheffe de la tribu Rappahannock en Virginie et Kathy Cummings-Dickinson, responsable des tribus Lumbee en Caroline du Nord, elles aussi soutiennent l’Etat d’Israël.

Lorsque les deux femmes cheffes ont visité Israël en 2009, elles ont déclaré « Nous sommes ici pour délivrer un message aux habitants d’Israël: Soyez fermes et unis contre les menaces et les pressions. Nous voulons encourager Israël et la nouvelle Knesset élue de ne pas abandonner face à ceux qui veulent exercer sur eux des pressions pour renoncer à des parties de votre patrie. Céder à ces pressions n’est pas une garantie de paix, mais plutôt une garantie de guerre. Nous nous tenons à vos côtés. » En tant qu’Indiennes d’Amérique, elles comprennent mieux que quiconque les conséquences des tentatives d’abandon de la terre pour la paix.

En effet, les Juifs ont toujours défendu les opprimés et ont une longue histoire dans le soutien apporté aux Indiens d’Amérique dans leur juste lutte pour les droits civil et humains. En 1973, plus de 500 militants indiens ont été emprisonnés après la bataille avec les forces américaines à Wounded Knee. Plus de 80% des avocats défendant ces militants indiens étaient Juifs. Israël a aussi formé une relation proche avec la tribu Coushatta de Louisianne. Israël l’aide dans l’agriculture et le commerce et les Coushatta ont montré leur appréciation en faisant du jour de l’Indépendance d’Israël le 14 mai, un jour de fête nationale. Le peuple Coushatta, comme beaucoup d’autres Indiens d’Amérique, ressent un lien spécial avec le peule juif dû au fait que les deux peuples ont enduré des siècles de persécutions, de délocalisations et de préjudices, tout en maintenant un engagement fort avec leur patrie ancestrale.

indiens-israel

 

__________________________

Native American Tribal Support for the State of Israel

By Rachel Avraham, Nov 7, 2013, United With Israel

The Palestinians and their supporters have attempted to present their struggle as parallel to that of the Native Americans. This push was led by George Bisharat, an anti-Israel activist whose ancestors only immigrated to the holy land in the 1920’s, yet who nevertheless insists that he is an indigenous person who was forcefully uprooted, just like the Native Americans were. In reality, the Jews are Israel’s indigenous people, but that has not stopped pro-Palestinian organizations such as Adalah and the Students for Justice in Palestine from playing on the Native American struggle to serve their own interests. However, numerous Native Americans have rejected any comparison between their struggle and that of the Palestinians, preferring to identify with Israel instead.

As Ryan Bellerose, a member of the Métis nation in Canada, wrote, “The Palestinians are not like us. Their fight is not our fight. We natives believe in bringing about change peacefully, and we refuse to be affiliated with anyone who engages in violence targeting civilians. I cannot remain silent and allow the Palestinians to gain credibility at our expense by claiming commonality with us. I cannot stand by while they trivialize our plight by tying it to theirs, which is largely self-inflicted. Our population of over 65 million was violently reduced to a mere 10 million, a slaughter unprecedented in human history. To compare that in whatever way to the Palestinians’ story is deeply offensive to me. The Palestinians did lose the land they claim is theirs, but they were repeatedly given the opportunity to build their state on it and to partner with the Jews — and they persistently refused peace overtures and chose war. We were never given that chance. We never made that choice.”

To the contrary of Palestinian assertions, Bellerose sees parallels between the Native American struggle and that of the Jewish people. He asserted, “The Jews also suffered genocide and were expelled from their homeland. They were also rejected by everyone and forced to wander. Like us, they rebelled against imperial injustice when necessary and, despite their grievances, strived for peace whenever possible. Like us they were given a tiny sliver of their land back after centuries of suffering and persecution, land that nobody else had wanted to call home until then. Like us, they took that land despite their misgivings and forged a nation from a fractured and wounded people. And like us, they consistently show a willingness to compromise for the good of their people.”

Ryan Bellerose is far from the only Native American to feel this way. Santos Hawk Blood, a full blooded Native American who is an activist for Native American land and fishing rights, similarly proclaimed, “One indigenous people should support another indigenous people. I come from the same Apaches as Cochese and Geronimo, the Chiricahua people from Southern Arizona. Like all Apaches, we were warriors. When more passive Indians were attacked by marauding groups, we fought for them. It is a part of Apache culture to stand up for oppressed people and to respect all people who cherish their ancestral land. I admire the people who take a stand, and that’s why I admire the people of Israel: They’re people who stand up to defend their homeland. We are not with the Palestinian people.” His mother also declared, “The Jews are people like us. They have been forced from their land, forced to move from place to place. They have suffered like us and have been attacked wherever they go.”

Chief Anne Richardson of the Rappahannock Tribe in Virginia and Kathy Cummings-Dickinson, head of the Lumbee tribes in North Carolina, are supporters of the State of Israel as well. When the two female chiefs visited Israel in 2009, they declared, “We are here to deliver a message to the residents of Israel: Stand firm and united against the threats and pressure. We want to encourage Israel and the newly elected Knesset not to give in to those who try to pressure them to give up parts of the homeland. Surrender to this pressure is not a recipe for peace, but rather war. We stand beside you.” As Native Americans, they understand more than anyone else the consequences of attempting to give up land for peace.

Native American supporters of IsraelIndeed, the Jewish people, who have always sympathized with the oppressed and have a history of assisting the Native Americans in their just struggle for civil and human rights. In 1973, over 500 Native American activists were jailed after battling with American forces at Wounded Knee. Over 80 percent of the lawyers assisting these Native American activists were Jewish. Israel has also formed a close relationship with the Coushatta Tribe of Louisiana. Israel assists them with agriculture and trade, and the Coushatta have shown their appreciation by recognizing May 14th, Israel’s Independence Day, as a national Coushatta holiday. The Coushatta nation, like many other Native Americans, feel a special bond with the Jewish people due to the fact that both peoples have endured centuries of persecution, relocation and prejudice, while holding on to a strong commitment to their ancestral homeland.

Et vous, vous en pensez quoi ? (commentaire)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s